Pour que l'homosexualité ne soit plus un tabou

(y compris en Valais)

Chère amie de LAGO, cher ami de LAGO,

Comme vous l’avez peut-être déjà vu dans divers médias ces derniers jours, une page Facebook contre la Pride valaisanne du 13 juin a été créée. Elle offre notamment une plateforme pour la haine, la discrimination et l’homophobie. Mais la liberté d’expression (également d’actualité), derrière laquelle se retranchent ses auteurs, ne saurait à notre avis justifier une parole homophobe décomplexée.

C'est pourquoi, pour que l'homosexualité ne soit plus un tabou (y compris en Valais), nous vous invitons vivement à aimer la page de la page de la Pride valaisanne afin de la soutenir!

Enfin, si vous avez à coeur de plaider en faveur d’une meilleure acceptation de la communauté LGBT dans notre société, n'oubliez pas notre événement du 12 mars! Dans le cadre de la Pride off, nous projetons le film "Pride" en présence de l'équipe de la Pride valaisanne. N'hésitez pas à venir passer un bon moment et poser toutes vos questions! Vous trouverez toutes les informations concernant la soirée sur la page de nos évènements.

En vous remerciant d’avance, courage à tous ceux qui ont encore des examens et bonne fin de vacances à toutes et tous !

Le comité LAGO

--------------------------------------------------------------------------------------

Communiqué de la LAGO concernant la conférence de la Professeur Judith Butler

 

Ce vendredi14 novembre 2014, la Professeure Judith Butler, de l’Université de Berkeley (Californie), était l’invitée de la Faculté des lettres de l’Université de Fribourg. A cette occasion, la philosophe a donné une conférence sur le thème de la non-violence, l’un de ses nombreux sujets d’étude. Sa précédente intervention, en 2013, sur le thème de la liberté de rassemblement, avait rencontré un franc succès et s’était déroulée dans une atmosphère constructive et sereine.

Toutefois, le large public présent hier a assisté au déroulement d’une scène des plus impromptues. Un groupe de personnes postées devant l’entrée de l’auditoire, bougies à la main, a entonné une mélopée en pleine allocution des représentant-e-s de la faculté. Des désordres ont ensuite perturbé le début de la conférence suite à la fermeture des portes, engendrant une atmosphère pesante aussi bien pour l’assistance que pour l’oratrice.

A n’en pas douter, ces évènements sont liés à l’octroi du doctorat honoris causa de la Faculté des lettres à la Professeure Butler. La divulgation prématurée de sa nomination a provoqué, en France et en Suisse, un débat virulent. Ces réactions appellent une question simple: pourquoi cette distinction a-t-elle engendré une telle controverse, là où les autres ne soulèvent aucune passion?

Ces critiques proviennent de milieux très conservateurs, qui jugent inconvenant qu’une faculté de l'Université de Fribourg honore une philosophe connue pour ses travaux dans le domaine de l’étude des genres. Cet argument spécieux occulte la richesse de l’oeuvre scientifique de la Professeure Judith Butler, qui englobe des thèmes bien plus variés, tels que les droits des minorités et le concept de violence. Mais, surtout, il dénote une vision réductrice de la société, qui entend imposer un modèle exclusif et qui dénie aux autres le droit d’exister.

La Lago déplore l’expression de ce genre de pensées biaisées, a fortiori dans le cadre d’une manifestation portant sur un tout autre objet. Elle reconnaît l’apport de l’étude des genres à l’évolution de la société contemporaine vers plus de tolérance et rejette l’idée selon laquelle elle constituerait une menace. La Lago salue le travail accompli par la Professeure Judith Butler dans ce domaine, et dans bien d’autres encore, et soutient la décision souveraine de la Faculté des lettres de lui accorder le titre de docteure honoris causa.

Pour le comité. 

Hoang Anh Nguyen


Inscris-toi à notre Newsletter!

Lesbian and Gay Organisation - LAGO - 1700 Fribuorg - lago@unifr.ch